Amours qui durent

 

 

Te souviens-tu la première fois
Où le matin tout près de moi
Tu étais là au chaud blottie
Entre les draps d’un même lit

 

Bien difficile d’être certain
Quand on s’enivre d’un câlin
Que cette idylle continuera
Au fil du temps, même au-delà

 

Plusieurs années furent écoulées
Avant qu’il nous passe par la tête
De vivre ensemble une amourette
Etait-ce vraiment une bonne idée

 

Quand il s’agit d’histoire d’amour
N’ont plus de place les longs discours
C’est au contraire à son instinct
Que l’on confie lors son destin

 

Jours et semaines, mois et années
Au fil du temps, ont défilé
C’est maintenant en décennies
Belle unité, qu’on l’apprécie

 

A peine quelques ombres au tableau
Rares furent les crues dans le ruisseau
Qui ne durèrent jamais longtemps
Trouvant très vite un dénouement

 

Une chaude maison, deux beaux enfants
Heureux de vivre, comme nous parents
Quelles preuves de plus désirons-nous
D’un fier succès, ni peu ni prou

 

Si au bilan n’en sommes encore
N’éprouvons le moindre remord
De s’être offerts chacun à l’autre
Murmurons-nous en patenôtres

 

 

© Pierre Couchard

 

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

3 + 15 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .