Belles des temps jadis

 

 

Que sont donc devenues
Ces Belles des temps jadis
Qui égayaient nos vues
De leurs charmes complices

 

Les ans les auraient-ils fanées
Au point qu’elles veuillent rester cachées
Elles qui il y a peu d’années
Se plaisaient à venir coucher

 

Il n’est fait de cadeau
Au monde du vivant
Qui subit les assauts
Du temps qui prend son temps

 

Qu’elle est cruelle cette nature
Qui vous envoie en sépulture
Puis offre vie et aventure
A de nouvelles créatures

 

Revenez donc, de grâce
Sur votre piédestal
Vous avez votre place
Vous n’êtes pas vestales

 

 

© Pierre Couchard

 

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

6 + 3 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .