Chant de Leurres

 

 

 

Quand arrive le printemps
Il est grand temps
D’aller aux champs

 

Des poitrines aux bourgeons
Filles et garçons
Les sentent bons

 

Pendant longtemps l’insouciance
berça l’enfance
De toute une France

 

Le siècle aux deux bains de sang
Fut percutant
Pour les vivants.

 

De cela qu’en tire l’histoire
Qui sans mémoire
Se laisse avoir ?

 

Pour préparer les esprits
C’est reparti :
Pointer l’ennemi

 

Toujours les mêmes méthodes
Bien trop commode
Montrer l’exode

 

Par la fibre émotionnelle
Le passionnel
L’irrationnel

 

Les bonnes âmes conquises
Aucune surprise
Que guerre acquise

 

Tous les peuples une fois de plus
Seront perdus
Et combattus
Brisés, foutus
Et abattus

 

Ainsi de la crêpe en poêle
Jetée en l’air comme balle,
Sommes au Champ de Leurres.
Craignons que L’hiver ne passe
Mais reprenne de sa vigueur
Pour nous mener dans une impasse

 

 

©  Pierre Couchard

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

3 + 9 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .