Charmes Envoutants

 

 

Aventure en allant
Découvrir un pays
Aux charmes envoûtants
Des mille et une nuits

 

Nullement attendue
Une rencontre fortuite
Au détour d’une rue
Soudainement produite

 

Belle brune aux yeux noirs
Souriante et pulpeuse
Prétextant un bonsoir
D’une voix chaleureuse

 

S’il ne faut à la vue
Trop longtemps s’afficher
C’est un verre que l’on but
Au café abrités

 

Conversation sage et courtoise
En devisant sur la planète
Qui devenait un peu grivoise
Semant un terreau d’amourette

 

Après mets succulents
Et musique chaâbi
C’est en nouveaux amants
Que soirée se finit

 

Décor de chaleur et d’obscur
Où viendront se fondre les corps
Exonérés de toute censure
L’un taureau l’autre matador

 

C’était il y a si longtemps
Et pourtant encore en mémoire
Revient une scène au devant
Qu’il faut l’œil fermer pour mieux voir

 

Cette nymphe se souviendrait-elle
De sa posture de tigresse
Incitant à l’ébat charnel
Plutôt qu’à se rendre à confesse

 

Il n’y a bien qu’après minuit
Que peut devenir un spectacle
Le séant d’une belle-de-nuit
Pas plus attendue qu’un miracle

 

Depuis ce temps combien de lunes
Lentement se sont écoulées
Au point qu’il n’y a plus aucune
Chance ici-bas de la croiser

 

© Pierre Couchard

 

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

7 + 4 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .