Conter Fleurette

 

 

Ah, pour conter Fleurette

Rien de mieux qu’une bonne branlette

Mais pour l’avoir dans le dos

Rien de pire qu’une vidéo

C’est ainsi qu’un branlot se branlant quai Branly

Ébranla le château branlant du tout Paris

Si souffrance du p’tit peuple n’est pas vraiment souci

Turpitudes du pouvoir prennent valeur de grand prix

Bah ! qu’à cela ne tienne, mise du branque au placard,

Vite un autre traquenard pour oubli du braquemart

Voilà nos bonnes âmes, rassemblées en conclave

Pour sortir du chapeau la prochaine tête de zouave

Toute cette affaire partie d’un bien gamin grivois

Ne doit pas modifier l’ordre établi des lois

Secret : taire des tas d’affaires qui regardent que nous

Mettons-nous à l’abri de ceux qui fouinent partout

Restons droits dans nos bottes, et pour être clairs et nets

Allons-y tout de go, bâillonnons internet

Qu’on se mette vite au taf et qu’on débatte Avia

Pour que nulle salade ne nous cause embarras

En élection municipale

Une érection punit si mal

Que le petit pari voulu

Devint le Grand Paris perdu​

©  Pierre Couchard

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

10 + 3 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .