Destruction

 

 

Qu’il est long et dur
Le temps de la construction
Alors qu’éclair augure
Celui de la destruction

 

Des plans des architectes
Aux petites mains besogneuses
S’agitant comme des insectes
Sur la terre rugueuse
C’en sont des jours de travail
Tout comme des nuits sans sommeil
Qui ne font place aux ripailles
Ou pour qui baille aux corneilles

 

Des pyramides aux cathédrales
Nobles symboles de la grandeur
D’organisations triomphales
Encore à ce jour dans nos cœurs
Ces édifices sont le reflet
De grands projets de société
Se voulant du meilleur effet
Au plus lointain dans les contrées

 

Histoire ancienne, c’était avant
Il ne faut pas voir en arrière
Certains diront « allons d’ l’avant »
Eux qui ne voient que leur carrière
A-t-on les chefs que l’on mérite
D’où sortent-ils, beaux et fringants
bonimenteurs et hypocrites
Qui ne sont que de vils servants

 

Une question, qui sont leurs maîtres
Pour quels mobiles et quels desseins
Qui comme à la poste une lettre
Jettent le passé au ravin

 

 

 

© Pierre Couchard

 

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

15 + 8 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .