Élection, piège Macron – 2

 

 

En toi la colère as ?
Je ne doute que tu pestes !
In fine dans l’affaire
Bien triste choix binaire
Puisqu’il s’agit de peste
Sinon de choléra

 

Pour chambouler la fourmilière
Plutôt que de rester pantois
C’est une stratégie guerrière
Qui aurait eu assez de poids

 

Un candidat de chaque camp
Pour la vraie droite et la vraie gauche
Eut eu raison du gouvernant
En lui mettant une belle taloche

 

Seulement voilà, combats d’egos
Multiplièrent les prétendants
Qui tous tombèrent dans le panneau
S’imaginant en Président

 

Du pain béni pour le caniche
Tenu en laisse par Ursula
Qui même sans sortir de sa niche
Pourrait servir les USA

 

A défaut de majorité
S’appuyer sur les divisions
de toutes les minorités
Pour prévoir sa réélection

 

Jouer la carte de la peur
Brandir le spectre de droite extrême
Pour que les âmes dans leur grand cœur
Sachent rester sages dans ce dilemme

 

D’autant qu’elles sont présentement
Comme à Stockholm le furent otages
De leurs bourreaux finalement
Raccords avec tous leurs adages

 

Il n’y a pas d’alternative
Pour espérer nouveau régime
Il faut prévoir une grande lessive
Ou à défaut c’est la déprime

 

Pendant quelques années de plus
Ni extrême droite ni extrême gauche
C’est l’excrême centre et ses bonus
Aux gueux souffrance, aux riches bamboche

 

Tout sera bon pour ces crapules
A faire valoir leurs arguments
Auprès de tous les gens crédules
Qui comprendront que l’excrême ment

 

 

©  Pierre Couchard

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

8 + 1 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .