Engeance sans Scrupules

 

 

 

Refrain

Il est parfois de bonnes questions

Que n’arrange pas la réflexion :

Si la réponse est inquiétante

Gageons que certains elle ne hante.

 

Couplets

Mais pourquoi faudrait-il se taire

Et de certains actes faire mystère,

Alors qu’il est beaucoup plus sain

D’avoir la franchise d’un bambin ?

 

Bien belle question existentielle,

La réponse ne tombe pas du ciel

Et servira de feuille de route

A tous ceux dont l’honneur se foutent.

 

Tout petit à l’école déjà

Franc-parler il ne vaut mieux pas,

Comprend le filou pour sa survie

Chez les adultes qui l’initient.

 

Un peu plus tard quand il grandit

S’il se rêve en nouveau Gandhi

Il craint que ça n’en vaille la peine

A voir la comédie humaine.

 

Tout frais venu chez les Sérieux

Ce n’est plus le temps des vœux pieux.

Il oublie les cas de conscience

Plus importante est l’efficience.

 

Quelques incartades se permettre

Quitte à accepter de se faire mettre,

Une fois que la honte est passée

Reste la gloire à savourer.

 

En sont garnis les Ministères

De tous ces pseudos Jupiter

Qui, s’ils l’avouaient honnêtement

Ne sont pas des plus méritants.

 

S’insurger et dire qu’ils abusent

incite à vouloir qu’on accuse

De telles pratiques des temps anciens,

Tours de passe-passe de magiciens.

 

Désolé pour les âmes crédules

Mais toute cette engeance sans scrupules

N’est avide que de pouvoir

Et capable de tout pour l’avoir.

 

Tous les jours ou presque l’actu

Nous narre un fait de malotru

Qui, par le truchement de son rang,

A pu profiter indûment.

 

Gilet-jaune, Sans-dents qui n’es rien,

Pense que ces actes comédiens

Ne méritent que rage et mépris,

Puis colère des Dieux qui châtient.

 

©  Pierre Couchard

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

15 + 10 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .