Le Masque et la Plume

 

 

 

De ces deux artifices
Dont certains humains s’ornent
Avant d’être complices
D’autres, prudents, flagornent

 

A l’école des fayots
Les plus sages ont appris
Que non loin du troupeau
On évite les ennuis

 

Vivre heureux, c’est caché
Ou encore silencieux
Pour plus tard s’assurer
D’un bel accueil aux cieux

 

Les faiseurs de programme
En savent quelque chose :
Dociles bonnes âmes
Rarement ne s’opposent.

 

En matière de santé
Se garder du virus
Mieux valait protéger
Les narines que l’anus

 

Fort longtemps critiqués
Parce que trop austères
Changer ont décidé
Au sein du Ministère

 

Nouveau, devinez quoi,
Le masque au nez n’est plus
De quoi en rester coi
Désormais plume au cul

 

Si le nez va bon train
Suite à telle décision,
Circonspect l’arrière-train
Qui sent la dérision

 

Idée de ce qu’on fit ?
Chacun partout alla
Le masque au nez ne mit
Et la fesse empluma

 

Qu’en tirer comme leçon ?
Tout ce qui devient loi
Nous rend poule ou dindon
Qui n’osent un seul pourquoi

 

Le gagnant dans l’affaire
Serait ici le paon
Qui de par son derrière
Est le plus fascinant

 

A sa taille de cerveau
Difficile de rêver
Nouvel Eldorado
Je vous laisse en juger

 

 

©  Pierre Couchard

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

10 + 9 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .