Le Piège

 

 

Le braconnier le sait très bien
La proie doit se douter de rien
Pour que le piège soit efficace
Sans qu’à la bête trop mal lui fasse

 

Ainsi pourrait se résumer
De notre Europe la destinée
Depuis que le projet d’union
A inspiré sa construction

 

Soyons bien clairs, point est question
De parler d’une aberration
Il faut le dire, qui peut être contre
Que celui-ci nous le démontre

 

Après deux guerres abominables
Entre des hommes et leurs semblables
Appartenant à des contrées
Qui depuis long sont divisées

 

Nombreuses étaient les volontés
Voulant croire à l’humanité
A ces horreurs leur mettre un terme
Pour qu’un autre destin ne germe

 

A l’issue du débarquement
Arrêt de mort pour l’attaquant
Enfin la paix est arrivée
Du plan Marshall accompagnée

 

Les grandes nations ruinées détruites
Bénéficièrent d’une manne gratuite
Pour repartir sur un bon pied
Qu’elles mirent de suite à l’étrier

 

S’en sont suivies des décennies
Où l’on a bu, mangé et ri
Le Baby Boom, les Trente Glorieuses
Une page d’histoire très victorieuse

 

Mais la mariée était trop belle
Nos chefs n’ont pas vu la ficelle
Dont nous allons payer la note
En suite de leurs lourdes fautes

 

A reconnaître, à leur décharge
Personne n’a eu les idées larges
Ni repéré la stratégie
A l’origine d’un tel gâchis

 

Notre colon est plus subtil
Et sait notre talon d’Achille
Que constituent les énergies
Pour faire tourner l’économie

 

N’étant peu chères et abondantes
Quand de Russie elles sont provenantes
Il a fallu coûte que coûte
Qu’entre les deux il s’arc-boute

 

Et c’est ainsi qu’ami d’hier
Qui assurait tous nos arrières
Cette Russie ne vaut plus rien
Et doit mourir comme un vieux chien

 

Tous nos véreux et corrompus
Sur qui compter il ne faut plus
N’obéissent qu’aux Américains
Qui ne cherchent que leur propre bien

 

Les ans qui viennent vont être durs
Allons en prendre plein la figure
Il y aura deux grands gagnants
Et nous serons petits perdants

 

Imaginons rien qu’une minute
Qu’en cette grande aire tous azimuts
D’européens, de peuples russes
L’on réalise que cette astuce
Est avant tout abrutissante
Tout s’arrêterait séance tenante

 

Par des vrais chefs, pas nos lopettes
Aussi vendues qu’on les achète
Une Europe à vision lointaine
Unie prospère riche et sereine
Aurait sans doute pu voir le jour
Cela se fera-t-il….., un jour ?

 

 

© Pierre Couchard

 

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

1 + 3 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .