Monsieur Moon

 

 

Sur les traces de sa fortune,
Monsieur Moon nous promet la lune.
Belle histoire je vais vous narrer,
Qui nous arrive droit de Corée.

 

Pas la méchante ou la vilaine,
Celle de l’affreux énergumène.
Non, la démocratique au sud,
Qui nous inspire mansuétude.

 

Territoire en pleine expansion,
Doté d’une jeune population
Biberonnée au numérique,
Et très au fait du sens civique.

 

Entre voisins aux noms charmants,
De l’Empire du Soleil Levant
A l’autre l’Empire du Milieu,
En pire la Corée voit le mieux.

 

Ainsi dans son Académie,
Qui depuis des années grandit,
Monsieur Moon forme ses émules
A œuvrer sans aucun scrupule.

 

L’Etat n’en est que plus heureux :
Des résultats vertigineux
Grâce aux brigades de délateurs,
qui sur le terrain font malheur.

 

En peu de temps qu’il a fallu,
La délation est devenue,
Pour de nombreux sud-coréens
Le moyen d’augmenter leurs gains.

 

Si un mégot finit à terre
En suite d’un geste débonnaire,
Pas loin cachée la caméra
Pour qui la scène devient appât.

 

Transmission aux autorités
De l’acte d’incivilité.
De suite son auteur est puni,
Et le délateur enrichi.

 

Dans une liste à la Prévert,
Etablie par chaque Ministère,
Une foule de sources d’inspiration
Pour relever les infractions.

 

Disséminés partout en ville,
Aussi malins que des goupils,
Vont s’acharner nos collabos
A débusquer ces graines d’escrocs.

 

Se réjouir, il ne faut pas,
Sous prétexte que c’est loin de là.
Pas pour l’instant de telles mesures,
Qu’en sera-t-il, dans le futur ?

 

Combien d’années nous faudra-t-il
Pour voir chez nous ces armes subtiles
A l’efficience redoutable
Rendant l’ambiance bien invivable ?

 

En arrière quelques décennies,
Rappelons-nous, chez nous, Vichy
Quand, plutôt que les bonnes pastilles,
Se répandaient querelles et bisbilles.

 

A croire que le terreau est là,
Pour que cette Académie-là
Puisse facilement prendre racine,
Et développer telles rapines.

 

Du Roi Soleil à Monsieur Moon,
Non plus grandeur mais bien scoumoune.
Fini le temps de tous les fastes,
Bientôt la place aux heures néfastes.

 

 

©  Pierre Couchard

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

9 + 9 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .