Sans Moi Monsieur le Président

 

 

Sans moi, Monsieur le Président.

 

Ne perdez donc pas tout ce temps

A gaspiller autant d’argent

Qui pue l’odeur du charlatan.

 

Pendant des mois, de beaux discours

Qui raviront ceux de la cour

Que vous flattez, bon troubadour,

Sachant user du style glamour.

 

Plutôt qu’ouïr vos simulacres

Il suffirait que l’on consacre

Juste une lune, que l’on vous sacre,

Même si l’on court droit au massacre.

 

Car vraiment de cette comédie,

Il faudrait faire l’économie.

Sans que ce soit le paradis,

Serait gagnant tout le pays.

 

Si ce n’est vous, il en faut un

Qui joue le rôle du bon tribun.

Il est acté que le prochain

Sera un même Samaritain.

 

Un beau parleur, fier comme un coq

Tenant propos de ventriloque

Stoïque et raide dedans son froc

Fidèle aux chefs, sans équivoque.

 

A tous ceux qui se sont battus

Pour exprimer leur point de vue :

Le droit de vote qu’ils ont voulu

Jusqu’à avoir la vie perdue.

 

Il est très dur, en leur mémoire,

De renoncer à l’isoloir.

Mais il devient bien illusoire

De trouver une échappatoire.

 

Le sentiment d’être ferrés

Par une clique de gens aisés,

Qui ont prévu de tout changer,

Sans aucun souhait d’en référer.

 

Coup précédent : déjà très grosse,

Fut la ficelle, que seul un gosse

Aurait pu voir, en chair et os

Le Prince charmant, dans un carrosse.

 

Point de souci, cette nouvelle fois,

En face de vous, qui fait le poids ?

Si parmi eux, certains ont foi

Jamais n’auront assez de voix.

 

Si le discours est infantile,

Comme vous avez la verve habile,

Et l’art aussi du mot subtil,

Sont dans la poche les gens dociles.

 

Vous comprendrez que je ne veuille

Me voir berné de tape-à-l’œil,

Puis cautionner dans un fauteuil,

Quoi finira en grand cercueil.

 

Sans moi, Monsieur le Président.

 

Libre est la voie, pendant cinq ans.

A grands coups de démantèlements,

France sera à feu à sang.

 

A votre place j’aurais du mal

Devant la glace rester loyal.

Quel bénéfice tirer du graal

Si le parcours est amoral ?

 

 

©  Pierre Couchard
novembre 2021

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

15 + 1 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .