Sur les Traces du Plus Grand

 

 

S’il est un fait certain, c’est bien qu’en ce bas monde
Tout peut nous arriver, du meilleur à l’immonde.
Dans la foule animale, attaquant ou victime
Peut alors reconnaître des agissements intimes.

La Fontaine en son temps l’avait pu démontrer :
Que de joutes d’esprit et jeux de mains épiés !
Plus que Fables une Bible, où chaque comédie
Nous aide à comprendre de l’Homme ses facéties.

Moutons, oies ou dindons, lions, chats ou chimpanzés,
Rien qu’en les observant, il nous est fort aisé
De comprendre comment chacun de nous agit
Face à la multitude des actions de la vie.

De l’espiègle au benêt, du fourbe au dominant
Tout y est étalé, tantôt triste ou marrant,
Ils ne sont « que nature », ne fonctionnant qu’à l’instinct,
Et sont donc « par nature », tout ce qu’il y a de plus sain.

Ainsi donc en réponse à de nombreux besoins,
Il n’est pas nécessaire d’aller chercher plus loin,
Toutes ces bêtes nous procurent genèse et solution
Afin d’y voir plus clair en toute situation.

Avant tout avocat, conseil ou thérapeute,
Si l’on se sent en risque d’être la proie d’une meute
Plonger quelques moments dans les écrits subtiles
De cet auteur génial, aussi forts qu’évangile.

 

©  Pierre Couchard

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

11 + 1 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .