Tout ce qui Fut Dit

 

 

Tout c’qui fut dit, on y a cru
De notre gueule on s’est foutu
Erreurs s’il y a, de plus en plus
Tout avaler, on continue !

 

Y a rien à craindre, pour le virus
C’est comm’ le nuage de Tchernobyl,
Jamais en France son cumulus
Ca risque rien, te fais pas de bile.

 

Si t’es malade, reste au dodo
Une bonn’ bouillote, deux Doliprane
Si t’as plus d’air, appelle l’hosto
Va surtout pas voir un chamane

 

Tous à la niche, pendant des s’maines
Le Roi l’a dit, pour pas mourir
Lui il s’en fout, avec sa Reine
Il a d’la place, s’il veut courir

 

Masques interdits, quand y en n’a pas
Ne pas en mettre, même les soignants
Masques imposés, dès qu’ils sont là
Dehors dedans, par tous les temps

 

Rassemblements, pas plus de six
Autour d’une table, ou en forêt.
Aller-venir, en plein Paris (…..« isse »)
Le métro, lui, peut être complet.

 

Du jamais vu dans notre histoire
Tous les médecins sont interdits
D’utiliser leurs bons savoirs
Pour que patients sortent du lit !

 

LA solution, comme le Messie
En fin d’année, devient promise.
Une fois piqués, tout s’rait fini
La vie normale, adieu la crise.

 

D’abord sous forme de suggestion
Comme le ferait un bon berger
Vint vite le ton de l’injonction
A l’injection persuader

 

Merci recherche d’avoir si vite,
Produit miracle mis au point,
Pour notre druide dans sa marmite,
C’est ce dont il avait besoin !

 

Condamné fort par le passé
Pour coquette somme de 4 milliards,
Il n’y a pas d’ quoi s’en offusquer.
En quoi s’émeuvent tous ces bâtards ?

 

Au nom d’la science, fausser l’étude
Quelques salades imaginer
Pour qu’hypothèse soit certitude
Devraient suffire à l’accepter

 

Une 1ère dose, une 2ème dose
Tous les moutons, vont se faire tondre
Sans discuter, acceptent la chose
Pour que Covid bientôt s’effondre.

 

Traitant les autres de complotistes,
Se sont rangés derrière Macron
Et ses figures d’équilibriste,
Criant très fort qu’ils étaient cons.

 

La Liberté tant désirée
Le fut au prix d’un vilain pass
Qu’une bonne partie d’inféodés
Ont dénoncé avec audace

 

Prochaine étape, nouvelle piquouze
Pour un hiver tranquille au chaud
Aux grands labos, d’engranger l’ flouze
Avant la suite de ce loto

 

Depuis l’début, nous sommes en guerre
Mais il faut croire que Maginot
Inspire nos bons décisionnaires
Qu’ils suivent comme des godillots

 

Parlons santé, pas politique
La prévention, c’est préférable
Soins en amont, et diagnostic
Vaccin pour tous, c’est incroyable !

 

Tout c’qui fut dit, on y a cru
De notre gueule on s’est foutu
Erreurs s’il y a, de plus en plus
Tout avaler, on continue !
Tout avaler, on n’en peut plus !
Tout avaler, on n’en veut plus !
Faut arrêter, y en a plein l’cul !

 

©  Pierre Couchard

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

12 + 1 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .