Ma Petite Reine

 

 

Au dix-neuvième naît la draisienne
Que seuls sportifs et jeunes bourgeois
Rythmés par leur vie parisienne
Enfourchent et s’en donnent à cœur joie

 

Très ingénieuse cette invention
Qui unit l’homme et sa machine
Bel outil de locomotion
Se moquant bien de la benzine

 

Monté sur ma petite reine
Je suis le roi à son guidon
Sur les chemins où elle me mène
Je file à perdre la raison

 

N’est ni trop lente ni trop rapide
Ce qui laisse largement le temps
Contrairement à d’autres bolides
D’admirer le décor présent

 

En montagne ce sont pentes et côtes
Tout comme en plaine du vent l’affront
Qui sans effort me ravigotent
Ou au contraire souffrir me font

 

On l’a boudée pendant longtemps
C’est à peine si le Tour de France
Restait encore un événement
Lui qui a vu toutes nos enfances

 

Tout comme l’herbe une fois coupée
Pour qui plus tard vient le regain
Il est une même destinée
Pour ce discret petit engin

 

Partout l’on crée pour elle des pistes
Qui lui redonnent droit de cité
Ainsi chacun se met en piste
En ces beaux lieux de la cité

 

Monté sur ma petite reine
Je suis le roi de la pédale
En moulinant à perdre haleine
D’un port digne de Général

 

 

 

© Pierre Couchard

 

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

11 + 1 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .