Nos Mômes

 

 

Y a-t-il un bout, au bout du bout ?
Depuis que l’homme sur terre est homme
Des projets naissent chaque fois plus fous
Dernier en date cibler les mômes

 

Le camp du bien est sans limite
Ses idées fusent de la Côte Ouest
Aucune crainte que ne l’habite
Le doute sur ses desseins funestes

 

Quelques lobbies minoritaires
Au nom de la ségrégation
Fatigués de toujours se taire
Ont nourri de belles ambitions

 

C’est bien connu des militants
Pour qu’un combat porte ses fruits
Les efforts doivent être constants
Les meilleurs coups se font sans bruit

 

De bi de gay tout comme de trans
A chaque demande on dit amen
Au prétexte de la tolérance
Même si la suite est incertaine

 

De biologie peut-on faire fi
Pour que du genre ils s’accommodent
En invitant nos plus petits
A préférer cette nouvelle mode ?

 

A l’origine fille ou garçon
Par le hasard de deux gamètes
Seront-ils jupe ou pantalon
Tout simplement d’un coup de tête ?

 

C’est avant même qu’ils soient matures
Qu’ils vont pouvoir en toute conscience
Grâce aux oiseaux de bonne augure
Goûter aux joies de l’expérience

 

Qu’en sera-t-il une fois adultes
S’ils pensent avoir été grugés
Aucun recours, aucun tumulte
Les ramèneront comme ils sont nés

 

Amère version de perversion
Que ce malheur qui pointe son nez
N’y a-t-il pas une solution
Pour qu’il soit dans l’œuf étouffé

 

 

 

© Pierre Couchard

 

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

10 + 12 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .