Douce Ivresse

 

 

 

Non pas folle mais plutôt douce
Serait bienvenue l’ivresse
Qui de ses charmes nous pousse
Dans un long bain de caresses

 

La laisser nous envahir
Qu’à aucun autre flacon
Nous n’ayons à recourir
Pour notre esprit vagabond

 

Ni drogue ici ni alcool
Libre cours à la pensée
Qui sait devenir frivole
Si tel elle a décidé

 

S’autoriser l’interdit
Nourrir son jardin secret
De mille roses fleuri
Pour la douceur et la paix

 

Que personne ne le sache
Pas même l’ange qui veille
Innocents comme des potaches
Partageons le même soleil

 

Craindrions-nous qu’il advienne
Des risques de turbulences
Opposons aux peurs anciennes
Tous nos vœux d’indépendance

 

Un monde nouveau s’offre à nous
S’en saisir ayons l’audace
Au contraire il serait fou
De garder sa carapace

 

Une fois mises à nue
Les idées les plus intimes
Montrent une réalité crue
Dont on peut être victime

 

Voulons-nous à l’eau sauter
Dans un choix de non retour
Ou plutôt nous protéger
Des banderilles de l’amour

 

S’ils sont à ce jeu célèbres
Ni Roméo ni Juliette
Pas plus qu’hidalgos dans l’Ebre
N’ont eu de fins moins funestes

 

N’est-il pas plus bel idylle
Que celui que l’on s’invente
Isolé seul sur son île
Sans le risque de tourmente

 

Par cette chute trop sage
Le risque est grand d’attrister
Qui aurait l’esprit volage
Et l’envie de butiner

 

©  Pierre Couchard

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

9 + 4 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .