Sale Soir

 

 

Divisé comme jamais
En ce dimanche soir d’avril
Le pays France court au péril
En cause le freluquet

 

Traînée de poudre ou chiendent
Selon chacun comme il l’entend
Dans les campagnes elle se répand
La Haine de ce président

 

Symbole d’un monde de dépravés
Qu’il veut à tout prix imposer
A s’opposer ils sont en nombre
Ne voulant de ce futur sombre

 

En face du retour d’un vichy
Se dressent des murs de résistance
Criant du peuple la souffrance
Du triste quotidien qu’il vit

 

Pot de terre contre pot de fer
Des minarets et des clochers
Partout se lèvent des écorchés
Qui veulent tenter un bras de fer

 

Face aux milices républicaines
Pour protéger la caste autiste
Seuls des poitrines ou des artistes
Usent de subtiles mises en scène

 

Verrouillé par le numérique
Tout un chacun est sous contrôle
Une véritable camisole
A en devenir hystérique

 

Aucun doute que nos gouvernants
Sont prêts à faire couler le sang
Pour preuve tous ces nouveaux blindés
Commandés sans publicité

 

Un devenir d’abrutis pions
Pour nourrir la loi des marchés
C’est vraiment pas la panacée
Il faut que nous nous opposions

 

Consommons moins consommons mieux
Cultivons nos propres jardins
Désertons les grands magasins
D’un bonheur sain soyons envieux

 

Ce sera long ce sera dur
Mais la patience et le courage
Pourront sans le moindre carnage
Rejeter cette dictature

 

 

© Pierre Couchard

Ce poème vous a plu, ou pas . . . Envie de réagir ?

Profitez de cet espace dédié.

Facultative, l’adresse mail est à renseigner si vous souhaitez une réponse.

 

Titre du poème :

2 + 5 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .