Une histoire de fou . . .

 

 

Une histoire de fou comme on croirait qu’il n’en existe que dans les films américains ou à travers quelques videos loufoques en ligne sur youtube.

 

Autoroute A75 sortie sud Clermont direction Issoire-Montpellier, vers les 15 heures en ce mercredi 22 mai 2024. Nous roulons tranquillement sur la file de droite.
Un motard de la gendarmerie passe à notre hauteur faisant signe de s’arrêter. Au départ je croyais, étonné, que c’était pour nous, mais pour quelle raison, nous n’avions pas grand chose à nous reprocher.

En fait c’était pour une voiture qui dans le même temps nous a doublé. Nous arrivions à hauteur de la sortie d’Orcet, le conducteur a fait mine d’obtempérer aux injonctions du gendarme… puis s’est subitement mis à accélérer en visant la file de gauche, le motard l’a aussitôt pris en chasse, rapidement rattrapé par son collègue lancé à toute allure sirène hurlante sur la file de gauche.
Tout ce petit monde a disparu en quelques secondes de notre champ de vision et, comme eux, mais de façon moins mouvementée nous avons poursuivi notre route.

A hauteur de la sortie suivante, direction Champeix, où nous allions, nous apercevons les 2 motos des gendarmes en travers de la route girophares allumés, ils faisaient la circulation et nous avons reconnu la voiture du chauffard en fuite, encastrée à l’arrière d’un poids-lourd, l’avant littéralement enfoncé jusqu’au pare-brise, une silhouette à l’intérieur, semblant inanimée, affalée sur le volant.

De quels méfaits cet individu était l’auteur pour vouloir se dérober de la sorte ? Dans le but d’échapper au contrôle de gendarmerie, cet abruti a sans nul doute pris cette bretelle de sortie à une allure excessive, voire vertigineuse, au point qu’il est allé s’encastrer contre le porte-char sagement arrêté au stop à la sortie de l’autoroute avant de pouvoir négocier le virage qui lui aurait permis de s’échapper à travers les petites routes environnantes, les gendarmes choisissant alors de le laisser filer plutôt que de courir le risque de le voir traverser Plauzat à 120 ou 150 km/h et engendrer de lourds dégâts humains….

Imaginons qu’à la place du porte-char de 40 tonnes ce fut une petite famille avec enfants ou petits enfants sagement arnachée dans sa gentille petite auto…..

Est-il encore en vie à l’heure qu’il est ? Si oui, il ne doit pas être très vaillant . . .

 

Réagir à cette histoire ?

Utiliser le formulaire ci-dessous ou me contacter directement par téléphone au 06 98 14 78 60

 

13 + 12 =

 

Autres écrits

Une soixantaine
de poèmes

plus de 700 haïkus
en ligne

Des chansons en recherche d’interprètes . . .